Les couteaux pliants

Entre les laguiolais et le couteau, c'est une grande histoire d'amour qui dure depuis 1829.

A sa création, M.Calmels inventa un couteau droit à mouche, sans décor et un manche bois. La lame est alors de forme bourbonnaise à pointe centrée.

Mais au fil des années, le couteaux n'aura de cesse de se ré-inventer, en se dotant de divers accessoires ou décors. 

En 1840, afin de répondre aux besoins des éleveurs, il est ajouté un poinçon. 

Entre 1850 et 1860, les couteliers travaillent sur sa forme. Il est affiné et son manche arbore une élégante courbe.

 

En 1880, apparaît les premiers couteaux 3 pièces : poinçon et tire-bouchon. Ce dernier enjolive, désormais, les couteaux à la demande des marchands de l'Aubrac allant à Paris vendre leur charbon et vin. 

 

 

 

 

 

A partir du XX° siècle, les artisans travaillent l'esthétisme du couteau. les premiers décors ornent alors les ressorts. La mouche est embellit par une fleur et sur le ressort apparaît des motifs dessinés à la lime.

Jusqu'en 1914, la fabrication des couteaux à Laguiole sera à son apogée. Plusieurs fois récompensés pour la qualité de leur travail, les couteliers deviennent de plus en plus des artistes et parent leurs couteaux d'une abeille à la place de la fleur. 

 

 

Cependant, la première guerre mondiale entraînera la quasi disparition des artisans de Laguiole. 

Il faudra attendre 1985 et la création de l'association "le couteau de Laguiole" pour voir le retour de la fabrication du célèbre couteau. 

Couteau 3 pièces : tire-bouchon et poinçon, en os et inox brillant
Couteau plein manche, abeille forgée